Autour de la BD

Lundi 16 août 1 16 /08 /Août 14:21

(première publication sur Zazieweb en avril 2008)

Ce DVD reprend deux films conçus par les compères des Cités Obscures, Schuiten et Peeters.

D'abord Le dossier B, réalisé par Wilbur Leguebe en 1995 (durée : 53'), une enquête qui fonctionne sur le principe des passionnants Documents interdits, mêlant vérités et élucubrations. Une reporter part à la recherche des traces de Brüsel, la cité-miroir mythique dont le secret semble si bien gardé. Mais c'est surtout l'occasion de revenir sur les délires ambitieux de l'élite bruxelloise qui dès la fin du 19ème siècle, rêva de transformer la capitale (souffrant d'un complexe d'infériorité par rapport à Paris) en un New York belge. Ce sera le Plan Manhattan.

Tout commence en 1880 avec le colossal Palais des Trois Pouvoirs, le plus grand palais de justice au monde qui fait dire à certains que désormais, le terme architecte est devenu insultant. La seconde étape de la bruxellisation est l'Exposition Universelle de 1958. On rase les quartiers populaires pour une ville consacrée à la voiture et aux bureaux. Puis le gigantesque Parlement Européen. 150 ans d'auto-destruction et de chantiers absurdes, parfois laissés en cours de route au gré des changements politiques.

 

Le Dossier B BIG

 

Et voici que le mystère s'épaissit. Pourquoi ce second niveau abandonné du métro ? Et tant de disparitions d'architectes et de plans ? En 1960, un illuminé répondant au nom prédestiné de Pierre Lidiaux (et joué avec un plaisir évident par Benoît Peeters) sort un livre-brûlot, Le Dossier B. Il y affirme qu'une secte franc-maçonne a bâtit sous terre des kilomètres de labyrinthe initiatique. Au fil des rencontres avec des spécialistes de la question, la reporter découvre que Bruxelles, cité qui accueillit il y a un siècle un célèbre congrès de physiciens serait au centre d'un wormhole, ce court-circuit de l'espace-temps source d'un furieux débat opposant alors Einstein et Niels Bohr. Hein, c'est pas plus fort que Stargate, ça ?

Maintenant, à vous de vous amuser à discerner le vrai du faux, reconnaître ce jeune architecte au visage impassible, les photo- (et vidéo-) montages réalisés à partir d'actualités d'époque.

En bonus, le documentaire Aux frontières de l'image (durée : 21'), un portrait de François Schuiten par son ami Peeters en 2002 parfaitement complémentaire au Dossier B puisque l'on retrouve les somptueuses planches rétro-futuristes des Cités obscures. Schuiten, toujours aussi sérieux et appliqué, capté dans son atelier dont tout le mobilier et le matériel, jusqu'à sa splendide table à dessin, son porte-plume et son taille-crayon semblent dater de Jules Vernes. On le voit travailler avec un modèle entre des inserts tirés de L'enfant penchée et des extraits du film Taxandria de Raoul Servais, de L'affaire Desombres et de la géniale série d'animation en 3D Les Quarxs qui passa il y a une dizaine d'années sur Canal+ (L'élasto-fragmentoplast, un grand moment !).

 

 

Le Dossier B - Bruxelles : Révélations Secrètes (DVD),

de François Schuiten, Benoît Peeters & Wilbur Leguebe
Les Impressions Nouvelles
ISBN 2874490385 / 9782874490385
18 €


Présentation de l'éditeur :

Le Palais de Justice de Bruxelles cacherait un parcours initiatique. Une série de "passages" conduirait les membres d'une société secrète à une ville parallèle : Brüsel.

"Le Dossier B" : ce fut à l'origine un livre, paru en 1960 et depuis longtemps introuvable. Selon cet ouvrage, une secte composée d'hommes politiques et d'architectes influents détruirait Bruxelles pour édifier une ville utopique.

Grâce à François Schuiten, Benoît Peeters et Wilbur Leguebe, "Le Dossier B", c'est aujourd'hui un film, une incroyable enquête à la fois journalistique, historique et policière. Un éclairage fascinant sur l'histoire de Bruxelles.


Les auteurs :

François Schuiten est né à Bruxelles le 26 avril 1956, dans une famille où l'architecture tient une grande place. À l'atelier bande dessinée de l'Institut Saint-Luc, il rencontre Claude Renard avec qui il réalise deux albums : Aux médianes de Cymbiola et Le Rail. Avec son frère Luc, il élabore au fil des ans le cycle des Terres creuses.
Depuis 1980, il travaille avec Benoît Peeters à la série Les Cités obscures ; ces albums ont été traduits en une dizaine de langues et ont obtenu de nombreux prix. François Schuiten a également participé à la conception visuelle de plusieurs films, dont
Toto le héros de Jaco Van Dormael et Taxandria de Raoul Servais.
Auteur de nombreuses réalisations scénographiques, il fut notamment le concepteur du gigantesque Pavillon des Utopies qui a accueilli cinq millions de visiteurs à l'Exposition Universelle d'Hanovre en l'an 2000, ainsi que du pavillon belge à l'Exposition de Aïchi 2005. A Bruxelles, il s'est occupé avec Benoît Peeters de la restauration et de l'aménagement scénographique de la Maison Autrique, premier édifice Art Nouveau du grand architecte belge Victor Horta.
François Schuiten a obtenu en 2002 le Grand prix d'Angoulême pour l'ensemble de son oeuvre.

Benoît Peeters est né à Paris le 28 août 1956.
Après une licence de philosophie à la Sorbonne (Université de Paris I), il a préparé le diplôme de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) sous la direction de Roland Barthes. Il est titulaire d'une Habilitation à diriger la recherche (Université de Paris I).
Il a publié son premier roman, Omnibus, aux éditions de Minuit en 1976 et s'est consacré entièrement à l'écriture à partir de 1982, multipliant les travaux dans les domaines du scénario, de la critique, de l'édition et de la conception d'expositions.
Spécialiste d'Hergé, il a publié trois ouvrages qui ont fait date : Le Monde d'Hergé (Casterman), Hergé, fils de Tintin (Flammarion) et Lire Tintin, Les Bijoux ravis (Les Impressions Nouvelles). Théoricien et critique, il est l'auteur de nombreux essais sur la bande dessinée, le scénario et l'écriture en collaboration, mais aussi sur Valéry, Hitchcock, Töpffer et Nadar.
Une longue complicité avec François Schuiten lui a permis de construire avec lui la série d'albums Les Cités obscures. Seize volumes (alternant bandes dessinées et récits illustrés) sont parus aux éditions Casterman ; ils ont obtenu de nombreux prix et ont été traduits dans une dizaine de langues.
Passionné par le récit sous toutes ses formes, et les rapports du texte et de l'image, Benoît Peeters collabore aussi avec d'autres dessinateurs (Frédéric Boilet, Alain Goffin, Anne Baltus), une photographe (Marie-Françoise Plissart), des musiciens (Didier Denis, Bruno Letort) et des cinéastes (Raoul Ruiz, Jaco Van Dormael).
Il a réalisé trois courts métrages, de nombreux documentaires (dont la série « Comix » pour Arte), ainsi qu'un long métrage,
Le dernier plan. Il est également l'auteur de grands entretiens filmés avec Alain Robbe-Grillet.
Souvent avec François Schuiten, il a conçu plusieurs expositions dont Le Musée des Ombres, Hergé dessinateur, Au Tibet avec Tintin, Architectures rêvées, Les Métamorphoses de Nadar, Rêves de pierre, Le Théâtre des images, Tu parles !? le français dans tous ses états, ainsi que la scénographie de la Maison Autrique à Bruxelles.


 

 

Liens :

 

Présentation du DVD

Le site de La Maison Autrique (en français, anglais et néerlandais)

Le site officiel des Cités Obscures

Catalogue raisonné des oeuvres et travaux d'origines claires, sombres et obscures


Par lamiri - Publié dans : Autour de la BD - Communauté : Planète BD
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 4 juillet 7 04 /07 /Juil 12:58

L'émission de France Culture Mauvais Genres (dont je ne cesserai de dire tout le bien que j'en pense) vient de consacrer sa thématique BD à un grand monsieur de l'école franco-belge et l'un des plus discrets. Eddy Paape, qui vient de fêter ses 90 ans, fut le dessinateur de Marc Dacier, Valhardi, des (édifiantes) Belles Histoires de l'Oncle Paul mais surtout d'une des plus belles séries de S-F, Luc Orient, récemment ré-éditée en intégrale au Lombard. Ce passeur de l'univers des comics à la sauce Marcinelle, ami de Morris, Peyo et Franquin, collaborateur de Greg et Charlier, fut aussi l'un des premiers dessinateurs à transmettre son art par l'enseignement. Cet éternel jeune homme nous apprend entre autre comment bien prononcer son nom (Pa-a-peu) et celui de Greg (Greck), qu'il fut comédien, clown, imitateur de Tino Rossi, réalisateur de dessins animés, épousa son infirmière... Paape évoque plein de détails techniques passionnants, les petites mesquineries entre les rédactions concurrentes des journaux Spirou et Tintin et revient sur un fait bédé-historique assez croquignolet : à la sortie de la guerre, nombre d'auteurs belges s'exilèrent sur le continent américain par crainte d'un conflit atomique (ou d'une invasion communiste) en laissant les clés de leurs personnages à des petits jeunes. C'est ainsi que Franquin hérita du Spirou repris par Jijé et de même Paape avec Valhardi.

Une exposition hommage a lieu en ce moment et jusqu'au 18 juillet 2010 au White Hotel, 212 avenue Louise à Bruxelles. Plus d'infos en contactant la Fondation Eddy Paape.


Pour ré-écouter et podcaster l'émission

 

Site officiel de Paape

Interview de Paape pour ActuaBD en 2008

Une critique de la dernière monographie consacrée à l'oeuvre de Paape, La passion de la page d'après

Les histoires illustrées par Paape dans le journal Spirou...

...dans l'édition française du journal Tintin...

...dans son édition belge... Eddy Paape

...et dans le journal Pilote

 

 


Par lamiri - Publié dans : Autour de la BD - Communauté : Planète BD
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 1 juillet 4 01 /07 /Juil 18:46

J'en avais déjà parlé au moment de son lancement en mars dernier, mais la BD en ligne Les autres gens - long cadavre exquis où des dizaines de dessinateurs se passent le relais à partir d'une trame tissée par Thomas Cadène - n'aurait apparemment pas encore trouvé le lectorat nécessaire à sa survie économique. Faisant partie des abonnés et trouvant le résultat plutôt intéressant même si il est par essence inégal selon l'auteur convié à poser ses cases (mais cette variation fait aussi partie de l'intérêt), je crois que ce serait sympa de leur donner un p'tit coup d'pouce.

Pour rappel, il y a un nouvel épisode chaque jour ouvert (ils en sont actuellement au n°89).

Trois formules d'abonnement sont proposées :

2,79 € pour un mois
15 € pour un semestre
29 € pour une année


Le site des autres gens

N'hésitez pas à user de leurs liens Facebook et Twitter non plus

 

Les autres gens ep 1

Par lamiri - Publié dans : Autour de la BD - Communauté : Planète BD
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 29 juin 2 29 /06 /Juin 14:07

Le coquin et le olé-olé se portent à merveille en ce moment dans la bande dessinée qui, en plus de créations, ré-édite à tout va. Les Humanos s'y mettent aussi puisqu'ils annoncent pour la rentrée le retour de la série d'albums collectifs Fripons parus au début des années 90. Une suite d'historiettes érotiques confiées à ce qui se faisait de mieux alors : Pichard, Goetzinger, Loustal, Caza, Baudouin, Gillon, Moebius, Mezzo & Pirus, Ceppi, Gibrat, Cabanes, Varenne, Baru, Bilal, Gigi, Philippe Bertrand, Blutch, Druillet... et même le grand Forest. Toutes illustrées de couvertures signées Fred Beltran.
Les cinq volumes originels ont été ramenés à quatre.

Première tentation le 18 août. Deuxième tome le 8 septembre.


Fripons 1 BIG      Fripons 2 BIG

Par lamiri - Publié dans : Autour de la BD - Communauté : Planète BD
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 18 juin 5 18 /06 /Juin 17:24

C'est toujours triste de voir disparaître un éditeur, surtout lorsqu'il s'agit d'une petite maison indépendante. Pour les grosses boîtes, pas de soucis. Entre deux absorptions-acquisitions, elles ont le cuir solide.

 

editions Etre pingcochon

 

Christian Bruel, qui dirigea pendant deux décennies Le Sourire qui mord s'était relancé en 1997 avec les Éditions Être, toujours spécialisé dans les ouvrages de qualité pour la jeunesse. Il a annoncé le mois dernier qu'il devait mettre la clé sous la porte. Pour donner une idée du haut niveau de sa politique éditoriale, le catalogue d'Être comprenait des albums de Nicole Claveloux, géniale auteure - entre autres - des aventures de l'Insupportable Grabote et du Lion Leonidas dont le psychédélisme (bien moins niaiseux et laid que celui de l'Ile aux enfants) ravit les petits lecteurs du magazine Okapi dans les années 70. Si son nom reste bien trop méconnu, celle qui apparut aussi dans les pages de Pilote est pourtant à mon goût de la classe d'un F'Murrr.

Donc, suivez la suggestion de Christian Bruel sur la page d'accueil de son site : hâtez-vous de chercher en librairie les derniers exemplaires encore en circulation de cette belle maison d'édition ouverte aux auteurs venus de tous pays. Car il existe - ou a existé - autre chose pour les gamins (et même pour les plus grands) que les albums de Dora l'Exploratrice qui débordent jusqu'à en dégueuler sur les têtes de gondole des hypermarchés culturels et des hypermarchés tout court.

Un groupe de soutien a été monté sur Facebook mais cela suffira-t-il ?...

 


Par lamiri - Publié dans : Autour de la BD - Communauté : Planète BD
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés